Rue du Sartau, 37
1325 Dion-Valmont
010 / 84 03 17 ou
010 / 22 70 93
Infos@groupesentiers.be
GROUPE SENTIERS de CHAUMONT-GISTOUX asbl
Promotion et défense des chemins et sentiers
IMPORTANT !
Chaque participant à une activité (randonnée, sortie nature, etc... ),
ENGAGE SA RESPONSABILITE
et assure sa propre sécurité sur l'ensemble du parcours.
Le Groupe Sentiers
est membre de :
Randobel


Centre Culturel
Royal de
Chaumont-Gistoux


Contrat de Rivière
Dyle-Gette


Itinéraires Wallonie


Inter-Environnement
Wallonie
Copyright © Groupe Sentiers de Chaumont-Gistoux asbl          Webmaster : Guy Peeters infos@groupesentiers.be
BIENVENUE sur les sentiers de Chaumont-Gistoux
ACTUALITES du mois de AVRIL 2021
Pour connaître les lieux de départ des marches mensuelles, cliquez ICI
Interview parue dans Amalgame, journal communal de Chaumont-Gistoux :
Ce que vous avez toujours voulu savoir à propos de l’entretien des sentiers.
Voici les réponses de Sandrine, éco-cantonnière à Chaumont-Gistoux
  ***  Mesures COVID à respecter lors des marches organisées par le Groupe Sentiers ***

Tant que les directives sanitaires n'ont pas changé, les marches du Groupe Sentiers continuent mais en respectant quelques règles :

Vous aurez bien sûr remarqué qu'il y a de plus en plus de monde qui utilise le réseau de nos chemins et sentiers depuis un an. Trop de promeneurs ne respectent pas l'assise des sentiers qui sont souvent des servitudes de passage pour piétons qui traversent des propriétés privées. Ne pique-niquez pas dans les prairies. Tenez vos chiens en laisse. Respectez le travail de l'agriculteur quand vous traversez un champ (marchez en file indienne si nécessaire).

  Petit rappel de "BON VOISINAGE" - du bon usage des sentiers.

Plusieurs marcheurs croient que c’est le Groupe Sentiers qui entretient le réseau communal. Nous leur expliquons que c’est votre service qui est chargé de l’entretien. Alors, ils s’imaginent que vous passez 5 jours par semaine sur le terrain. Pouvez-vous nous détailler votre mission « entretien sentiers et chemins » ? 

S : Seul le mercredi est destiné exclusivement à l’entretien régulier des 27 km (1)  de voiries lentes (surtout débroussaillage). Au printemps, quand les plantes poussent à vue d’œil, nous incluons parfois quelques lundis dans notre programme. En hiver, nous nous occupons plutôt du tronçonnage, du broyage, de l’installation de panneaux renversés ou vandalisés (une vraie plaie !). Cela ne veut pas dire que nous ne faisons rien les autres jours, au contraire !

Quels sont les côtés agréables de vos missions ?

S : J’habite moi-même la commune et j’ai donc l’impression de travailler dans le prolongement de mon jardin. Quand je me promène avec mes chiens, je note dans ma tête les endroits qui requièrent notre attention et je les relaie auprès de mes collègues. En plus, j’aime travailler dehors et rencontrer, aider les gens. Quand nous recevons des félicitations pour notre travail, cela me procure du plaisir et cela fait du bien de se sentir utile !

Je suppose que vous rencontrez aussi des problèmes : quels sont les plus fréquents ?

S : Entretenir certains sentiers peu praticables est vraiment un problème : ceux qui sont défoncés (par l’érosion, les fortes pluies, les véhicules motorisés), trop étroits (parce que certains agriculteurs charruent trop près de l’assise par exemple), dangereux (à cause de talus en forte pente) …

Il faut aussi signaler le temps fou que nous passons à la taille des plantations qui débordent et encombrent les sentiers. De nombreux propriétaires oublient que ce travail est à leur charge en tant que riverain d’une servitude publique de passage sur propriété privée. Normalement sur les sentiers, nous sommes censés nous occuper uniquement du débroussaillage au niveau du sol.

Les problèmes de propreté de bords de routes se retrouvent également dans les sentiers (canettes et autres détritus mais aussi cacas de chiens qui se transforment en mines à fragmentation au passage de la débroussailleuse).

Il serait évidemment aussi agréable d’avoir plus de moyens humains et/ou matériel (par ex. un véhicule de plus nous ferait gagner du temps.)

Pour le moment, plus de 80 % du réseau communal des petites voiries publiques est aménagé… mais surtout pour les déplacements de loisirs (marcheurs, randonneurs). Qu’en est-il des déplacements quotidiens pour les piétons ? Il faudrait par ex. développer le balisage pour ces déplacements, avoir plus de sentiers accessibles à tous (voitures d’enfants, PMR ?). Est-ce possible ?

S : Pourquoi pas, à condition que cela ne concerne que quelques sentiers essentiels pour un déplacement quotidien et que ces sentiers puissent garder leur aspect naturel. A partir d’un circuit tracé, il faudrait répertorier les problèmes et essayer de trouver une solution pour ces usagers. On peut aussi se demander comment concilier les différents utilisateurs des sentiers, comment restreindre l’accès aux véhicules motorisés tout en ne créant pas d’obstacles pour les chaises roulantes et poussettes, pour nos machines, tout en gardant l’aspect naturel… : voilà une belle contradiction à résoudre dans notre environnement de plus en plus urbanisé avec des habitants conciliants et d’autres … 

 

(1) Tous les sentiers ne demandent pas le passage régulier d'une débroussailleuse et d'un coupe-branche. Par exemple, sur les sentiers forestiers, nous passons sur demande abattre ou couper des branches, mais il ny a pas un passage systématique annuel.